CARRIERE POLITIQUE

1990 – inscription dans le FSN

1990 – 1992 Député pour le FSN à la Chambre des députés du Parlement de la Roumanie. A occupé le poste de secrétaire et de la Commission parlementaire pour l’éducation, la science, la jeunesse et le sport

1991 – membre du PSDR (successeur du FSN)

1992 – 1996 Député pour le PDSR à la Chambre des députés. A occupé le poste de secrétaire et de la Commission parlementaire pour l’éducation, la science, la jeunesse et le sport

1996 – 2004 Président du conseil du Département de Gorj pour le PSD

2000 – Sénateur PSD (renonce à cette fonction pour occuper la fonction de président du conseil du Département Gorj)

Après 25 ans de carrière dans l’enseignement, en 1990, Nicolae Mischie décidé de s’impliquer activement dans la politique. Ainsi, Nicolae Mischie devient l’un des fondateurs de l’organisation du PSD pour le département de Gorj, l’homme qui a aidé et soutenu la création et et l’expansion l’organisation a partir d’un noyau initial de 11 membres pour arriver à 29 000 membres actifs en 2004.

En 1990, Nicolae Mischie est élu député au Parlement roumain (1990-1996).

Depuis 1996, il a été élu président du Conseil du Département Gorj, un poste qu’il a occupé jusqu’en 2004. Il a été membre du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe à Strasbourg, dans les législatures 1996-1998 et 1998-2000.

Dans les élections de 2000 il a été élu sénateur, mais il renonce à cette fonction pour occuper la fonction de Président du Conseil du Département Gorj, étant spirituellement lié avec le destin de ce département et de ses habitants.

Grâce à ses accomplissements politiques, Nicolae Mischie a contribué au progrès économique, culturel et social du département de Gorj, comme en démontrent les indicateurs de performance, devenant l’un des plus prospères départements de la Roumanie.

Pendant les années 2000, ses accomplissements ont été intentionnellement couverts par les médias locaux financés par ses opposants politiques et par certains membres de son parti, qui voulaient l’éliminer de la scène politique.

En 2004, Nicolae Mischie a pris sa retraite de la politique, voulant prouver son innocence concernant les accusations sans fondement qui avaient été faites. En faisant preuve de dignité, il a été, en effet, l’un des rares politiciens qui ont pris leur retraite politique, en espérant qu’il sera en mesure de prouver son innocence.

Suite à la dénonciation calomnieuse de Clement Mocanu, Nicolae Mischie a subi une décennie de harcèlement de la part des autorités judiciaire et des médias. Cela a mené, suite à l’omission, de mauvaise foi, de nombreux rapports d’experts et d’éléments de preuve qui étaient essentiels, à une sentence d’emprisonnement sans sursis. Plus tard, Nicolae Mischie été libéré sur parole et à la suite de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, l’Etat roumain a été obligé à lui payer des compensations pour les vices de procédure identifiés pendant le procès et lors de la condamnation.

Nicolae Mischie reste une figure d’une importance particulière du Département de Gorj et de la Roumanie.